|

Halte aux idées reçues sur la gestion de l'eau !

Verre_carafe

La gestion de l'eau fait l'objet de nombreuses idées reçues au sein de la population. Nous mettons ici en évidence dix préjugés parmi les plus fréquents.


Si l'eau du robinet est chère, c'est parce qu'il faut la rendre potable

L'eau en Wallonie ne doit pas être potabilisée, elle est le plus souvent naturellement potable ! 75% de l'eau produite ne subissent aucun autre traitement que l'ajout de chlore ou une simple filtration. L'injection de chlore évite toute détérioration de la qualité de l'eau au cours de son trajet dans les conduites. 20% de l'eau produite proviennent d'eaux de surface et nécessitent effectivement un traitement plus complexe. 5% de l'eau produite viennent d'eaux souterraines et subissent un traitement poussé : retrait de pesticides ou de nitrate, par exemple. Au total, la potabilisation de l'eau ne concerne que 25% de l'eau produite et le coût de ce traitement ne représente qu'environ deux centimes sur le prix du mètre cube.

Si l'eau coûte aujourd'hui environ 3.5 € pour 1000 litres, c'est surtout lié à trois aspects :

- à son épuration après utilisation via les stations d'épuration (étape obligatoire suivant une Directive européenne). Ce seul poste « assainissement » représente 1.30 € par mètre cube ;

- à une infrastructure importante à entretenir et à renouveler régulièrement ;

- à l'ensemble du personnel gérant les différentes étapes du cycle de l'eau : service clientèle, personnel de laboratoire, fontainiers entretenant et réparant les réseaux d'eau, ...

composition prix de l'eau new

L'eau est moins chère en Flandre qu'en Wallonie

Faux ! Un ménage de trois personnes consommant 40 mètres cubes par an payait, fin 2008, 396 € en Flandre alors qu'il payait 381 € en Wallonie.

S'il est vrai que la partie liée à la production et à la distribution d'eau potable est moins chère en Flandre, la partie assainissement des eaux usées y est plus élevée.

FACTURE POUR 120 M7TRES CUBES EN FLANDER ET EN WALLONIE

Il existe une taxe sur les citernes d'eau de pluie

Il n'y a pas de taxe sur les citernes d'eau de pluie et il n'y en a jamais eu ! Ni en Région wallonne, ni dans quelque commune que ce soit. Cependant, beaucoup de gens le croient ... à tort !

Ce sont les industries qui polluent les fleuves et les rivières

Tout le monde pense que ce sont les usines se situant au bord des cours d'eau qui sont entièrement responsables de la dégradation de la qualité de nos fleuves et de nos rivières.

Il est évident qu'une industrie rejette plus de pollution dans l'eau qu'un ménage ou qu'une PME. Cependant, il y a beaucoup plus de ménages et de PME que d'usines. Au total, la pollution est rejetée à 75% par les ménages, à 15% par les industries et à 10% par les PME et le secteur tertiaire.

Les comportements de chacun d'entre nous sont donc responsables de la pollution de nos cours d'eau.

ESTIMATION DE LA POLLUTION REJETEE PAR LES DIFFERENTS SECTEURS D ACTIVITES

Mon impact sur l'eau dans le monde dépend de ma consommation d'eau du robinet

Faux. En effet, « l'empreinte aquatique » dépend avant tout du mode de consommation. Il faut beaucoup d'eau pour produire notre alimentation, nos vêtements, nos ordinateurs, etc.

La Belgique est un pays qui "importe" beaucoup d'eau.

Or, cette eau est consommée dans les pays qui produisent ces biens. Ces pays peuvent parfois présenter des stress hydriques importants, voire des conflits liés aux usages de l'eau. Nous en sommes tous, en partie, responsables.

L'empreinte aquatique d'une personne est d'environ 1200 mètres cubes par an, à comparer avec les 35 mètres cubes de consommation d'eau du robinet que consomme, par an, un wallon.

Si vous souhaitez donc diminuer votre empreinte aquatique dans le monde, il ne sert à rien d'arrêter de se laver, cela ne résoudra pas les problèmes d'accès à l'eau dans le monde.

Mieux vaut adapter vos comportements de consommation : consommer des produits locaux et manger moins de viande par exemple.

EMPREINTE AQUATIQUE

Pour en savoir plus : Site internet de la Directive-Cadre sur l'eau en Région wallonne

Si on consommait moins d'eau, l'eau serait moins chère

C'est le contraire : moins on consomme d'eau, plus l'eau sera chère !!!!

En effet, le principe du coût-vérité de l'eau est qu'aucun bénéfice n'est réalisé sur la production, la distribution et l'assainissement de l'eau. Toutes les charges subies par les Organismes en charge de ces services (qui sont des Organismes publics) sont intégrées dans le prix de l'eau. Ni plus, ni moins.

Or, les coûts de la distribution d'eau sont principalement liés aux infrastructures (40 000 kilomètres de conduites pour la distribution d'eau, 20 000 kilomètres d'égouts et de collecteurs, 350 stations d'épuration, 1.4 million de raccordements, ...). Ces infrastructures devront toujours exister quel que soit le niveau de consommation d'eau.

On considère en général que 80% des coûts de ces services ne sont pas liés aux quantités d'eau qui sont prélevées ou distribuées.

En conséquence, plus le volume facturé diminue, plus le prix au mètre cube sera élevé !!!

Ce principe explique notamment les différences de prix que l'on peut observer entre pays. Un pays où la consommation est plus élevée aura un prix au mètre cube moins élevé qu'un pays où la consommation d'eau est plus faible.

Le calcaire dans l'eau est mauvais pour la santé

Quatre belges sur dix le pensent, d'après une étude du CRIOC.

Ceci n'est rien d'autre qu'une vieille légende urbaine. Le calcaire qui se dépose sur votre machine à café ne va pas obstruer vos reins !!!

Le calcaire est tout simplement composé de carbonate de calcium et de magnésium. Plus il y a de calcaire dans votre eau, plus cette eau contiendra du calcium et du magnésium... Or, qui oserait dire que le calcium et le magnésium sont mauvais pour la santé ?

A titre de comparaison, de nombreuses eaux en bouteille vantent leur teneur en magnésium et certains laits sont enrichis en calcium. De même, le lait contient 10 fois plus de calcaire au litre que l'eau du robinet !

Pour en savoir plus :

Le chlore dans l'eau est mauvais pour la santé

C'est au contraire le meilleur gage que l'eau que vous buvez est saine !!! Les quantités de chlore que l'on rajoute dans l'eau le sont dans des quantités incomparablement plus faibles que celles que l'on ajoute dans une piscine !

Pour en savoir plus :Brochure "L'eau du robinet et la santé"

L'eau du robinet coûte plus cher que l'eau en bouteille

Une enquête du Crioc a montré que près d'un belge sur deux pense que l'eau du robinet est aussi chère ou plus chère que l'eau en bouteille ... !

Quel paradoxe alors qu'elle est, de fait, entre 50 et 200 fois moins chère. Un petit calcul très simple le prouve :

1 bouteille d'eau de 1 litre et demi coûte environ 40 centimes d'euros, soit un prix au litre d'environ 25 centimes.

Un mètre cube d'eau du robinet (1000 litres) coûte environ 3.5 €. Son prix au litre est donc d'environ 0.35 centimes.

Pour un euro, vous aurez donc 4 litres d'eau en bouteille et 285 litres d'eau du robinet.


Pour en savoir plus :

Pour diminuer les prélèvements d'eau, il suffit de diminuer sa consommation d'eau du robinet

Ce n'est pas suffisant. En effet, la consommation d'eau du robinet représente 20% des prélèvements d'eau effectués en Wallonie. En conséquence, diminuer sa consommation d'eau du robinet n'influera pas de manière significative sur le niveau de prélèvements.

50% de ceux-ci sont des prélèvements « privés », principalement du fait des industries qui ont besoin d'eau pour leurs processus de production.

20% de l'eau prélevée sont exportés vers les Régions flamande et bruxelloise pour l'approvisionnement en eau potable.

Enfin, 10% de l'eau prélevée sont perdus par les réseaux de distribution d'eau au cours du trajet de celle-ci entre le point de prélèvement et le point de consommation.

Si le souhait est de diminuer les prélèvements d'eau en Wallonie, il convient tout d'abord de limiter les prélèvements privés, par exemple en adoptant des modes de production industrielle économes en eau.

Pour en savoir plus :

Back to top